L’instant vinyle : 47. “Plum and Cherry” de Coetzee et Pillay

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce quarante septième opus, nous quittons l’Angola (cf. l’instant vinyle n° 46), pour nous diriger vers l’Afrique du Sud, et écouter l’album Plum and Cherry de Basil ‘Manenberg’ Coetzee et Lionel Pillay.

Notre disque du jour Plum and Cherry fait vraiment parti de ceux qui vous coupe le souffle, qui vous saisisse tant les tripes que l’esprit, qui parle à votre âme et à votre cœur… autrement dit, un bon album de jazz !

Car, oui, de jazz il en est question ici, je ne sais pas si l’on doit parler de jazz d’avant-garde, ou de free-jazz, mais ce qui est sur c’est que c’est du jazz, que ça fuse de toute part, et que c’est très bon ! Les deux auteurs de ce disque font partie de la fine fleur de la scène sud-africaine des années 70/80, le saxophoniste Basil « Manenberg » Coetzee, et le pianiste Lionel Pillay.

Et si le premier, Basil Coetzee, jouit d’une notoriété relativement importante en Afrique du Sud — son titre en collaboration avec Abdullah Ibrahim (anciennement Dollar Brand) « Manenberg », qui a donné naissance à son surnom, fut un succès notable dans les townships de tout le pays —, le second, Lionel Pillay, est injustement méconnu ; il a longtemps œuvré dans l’ombre des studios, et les rares fois où l’on a pu l’entendre en pleine lumière, comme sur ce Cherry and Plum, il brille !

Plum and Cherry, sorti en 79 sur le label sud-africain The Sun, se divise en deux parties… « Cherry », et « Plum » ; la première « Cherry », qui occupe toute la face A de ce disque, est une longue aventure sonore de 25 minutes, où l’enrobage créé par Pillay, encadré par la basse de Charles Johnstone, et le battement de Rod Clark, sert d’écrin à Basil « Manenberg » Coetzee, lui permettant de décliner de mille façons les sonorités enjouées de son saxophone.

Mais c’est surtout avec « Plum » que le disque explose ! Sur cette seconde partie, Manenberg s’absente et laisse Lionel Pillay aux commandes des 18 minutes de la face B. Sur les quelques premières minutes vous remarquerez probablement le son d’un piano agréable, entrecroisé d’orgue, le tout répondant au rythme d’une basse toute sud-africaine… puis le rythme s’intensifie, petit à petit, le piano se fait plus dense, bon gré, ou malgré, on est happé par ce bouillonnant son ; le piano martèle de plus belle, s’envole dans de virtuoses envolées, avant de retomber à l’unisson avec la régularité obsédante d’une session rythmique marquant ici les prémisses d’une prototechno insolente !

 

Basil ‘Manenberg’ Coetzee et Lionel Pillay – Plum and Cherry :

Tracklist :
A. Cherry
B. Plum

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Plum and Cherry de Basil “Manenberg” Coetzee et Lionel Pillay, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

1 réflexion au sujet de « L’instant vinyle : 47. “Plum and Cherry” de Coetzee et Pillay »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.