L’instant vinyle : 46. “Menina de Angola” de Teta Lando

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce quarante cinquième opus, nous quittons la Guinée (cf. l’instant vinyle n° 45), pour nous rendre en Angola, et y découvrir Menina de Angola de Teta Lando.

Teta Lando c’est un artiste malheureusement trop peu connu hors du monde lusophone, bien qu’il ait vécu plusieurs années à Paris, mais qui fut l’un des piliers de la scène musicale angolaise. Bien sûr, ce sont ces musiques qui l’ont d’abord fait connaitre, en kikongo sa langue vernaculaire ou en portugais, des envolées parfois festives de sa semba, aux saudades plus tristes, marquées par les drames, la guerre civile, et l’exil (en 1961, son père est assassiné par les Portugais qui s’approprient ses terres et mettent sa tête sur une pique ; Teta Lando par la suite deviendra un nationaliste convaincu, et ne cachera pas sa proximité avec le Front National de Libération de l’Angola), le point d’orgue de son œuvre reste l’Angola.

Même durant les quelque dix années qu’il a passées à Paris, son combat fut pour la promotion de la musique angolaise ; d’ailleurs il a fondé un magasin de disques à Luanda, et un label, Makino et Teta Lando Productions, mais surtout il a largement contribué a mettre en place l’UNAC, Union Nationale des Artistes et Compositeurs, organisme qui vise à la protection des artistes angolais, et qui compte aujourd’hui encore de nombreux adhérents.

Le disque qui nous occupe aujourd’hui, Menina de Angola, sorti en 1990 sur le label new-yorkais Chrisod Records, est en réalité une adaptation pour le public américain, de son disque Semba Rythmée sorti quelques 5 années plus tôt, en France. S’il n’y a pas vraiment de changement entre les deux disques, mis à part la pochette, on peut toutefois se réjouir que les titres qui avaient été traduits en français sur la première version reprennent ici leurs noms portugais.

Après avoir lutté contre le cancer qui le rongeait, Teta Lando s’est éteint en 2008, à l’âge de 60 ans, laissant la scène musicale angolaise se recueillir durant l’hommage national que lui fut rendu par le président angolais.

 

Teta Lando – Menina de Angola :

Tracklist :
1. Semba Ritmado
2. Mama Grande
3. Luanda
4. Menina de Angola
5. Garota Me Espera
6. Yeve Le La

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Menina de Angola de Teta Lando, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

1 réflexion au sujet de “L’instant vinyle : 46. “Menina de Angola” de Teta Lando”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.