L’instant vinyle : 39. “Le Qanoun Enchanté” de Hassan ElGharbi

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce trente-neuvième opus, nous quittons la Jamaïque (cf. l’instant vinyle n° 38), pour prendre la direction de la Tunisie en passant par l’Egypte, et nous intéresser au disque Le Qanoun Enchanté de Hassan ElGharbi et Mohamed ElAkkad.

Ce disque que nous voyons aujourd’hui, Le Qanoun Enchanté — Solos de Cithare, est en fait une réédition CD sorti en 1991 d’un vinyle du même nom de Hassan ElGharbi, sorti dans les années 70, chez les Artistes Arabes Associés (label qui malgré ses initiales n’a rien à voir avec les alcooliques anonymes, ou un quelconque système de notation boursière), et auquel on a ajouté quelques enregistrements du (tout) début du XXe siècle du grand qanûnji (joueur de qanun) égyptien Mohamed ElAkkad.

Mais passons ces détails techniques, j’aurais dû en préambule de cet article préciser déjà ce qu’est le qanoun (écrit aussi kanun, qanun, et de tout un tas d’autres façons !). Un qanoun c’est une sorte de harpe couchée et trapézoïdale de la famille des cithares, originaire du Moyen-Orient ; et si sa forme actuelle est connue et largement utilisée dans la musique savante arabe, turque, ou persane, depuis le XVIIe siècle, son origine est quant à elle beaucoup plus ancienne et incertaine ; certains textes du philosophe Al-Fârâbî, ainsi que d’anciens contes des milles et une nuit datant des IXe et Xe siècles feraient référence à cet instrument.

Venons-en aux acteurs de ce disque, Hassan ElGharbi et Mohamed ElAkkad. Nous ne nous attarderons pas sur ce dernier, car nous n’avons que très peu de sources fiables sur cet artiste égyptien, et, mis à part quelques 78tours pour gramophone, encore moins d’enregistrement de qualité ; on peut dire par contre qu’il fut un maitre du qanun assez influent en Égypte, il aurait contribué à former certains musiciens que l’on retrouvera plus tard au côté de Oum Kalthoum, et, toujours au conditionnel, il serait mort en 1926.

Hassan ElGharbi, le Tunisien, il est lui beaucoup plus contemporain ! Luthiste de formation, passé par l’école La Rachidia (historique institut de musique tunisienne) il s’est très vite illustré par sa virtuosité au qanun (récompensé d’ailleurs au festival des arts de Chiraz, en Iran). Par la suite il prendra la tête de l’orchestre de la Radio-Télévision Tunisienne, et deviendra à son tour formateur, notamment du musicien franco-suisse Julien Jalal Eddine Weiss.

Vous remarquerez sur les enregistrements ci-dessous, la grande richesse, le raffinement, et la grande créativité du jeu d’ElGharbi ; à la fois dense et subtil, il réussit à absorber son auditeur, en passant avec brio d’harmonies bourdonnantes, à de mélodies plus enjouées.

 

Hassan ElGharbi et Mohamed ElAkkad – Le Qanoun Enchanté :

Tracklist :
Hassan ElGharbi
1. Chiraz (Ochaq – Rasd – Hidjazkar – Rasd Dhil – Nekriz)
2. Bayati (Hsine – Berouel)
3. Hijaz (Isbaïne – Dhikra)
4. Improvisations: Raw’a – Nahawend – Mhayer Sika – Maa Ela’sr – Lami (Frizia)
5. Taqassims: Jaharka – Mezmoum – Ya Faïza – Zengrane – Zengoula
Mohamed ElAkkad

6. Taqsim Higaz Kar Ala Elwahda
7. Bachraf Suzdellara

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Le Qanoun Enchanté de Hassan ElGharbi, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

4 réflexions au sujet de “L’instant vinyle : 39. “Le Qanoun Enchanté” de Hassan ElGharbi”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.