L’instant vinyle : 22. “Exuma I” de Exuma

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce vingt-deuxième opus, nous quittons l’Afrique du Sud (cf. l’instant vinyle n° 21), pour nous diriger vers les iles des Bahamas, et nous intéresser au disque Exuma, de Exuma.

Les Bahamas, pays d’iles et d’archipels aux réputations nombreuses, et parfois même douteuses : tour à tour repaire de pirate, base arrière d’Al Capone durant la prohibition, place forte de la criminalité financière internationale, et lieu de villégiature pour Américains bedonnants ! Mais aussi l’endroit d’une rencontre entre diverses cultures, celle des esclaves venus d’Afrique, se mêlant à celle des colons européens, et des survivants amérindiens des massacres de Christophe Colomb (son premier pas dans le « Nouveau Monde » s’est effectué à San Salvador, une ile des Bahamas).

Exuma, de son vrai nom Macfarlane Gregory Anthony Mackey, est de fait l’ambassadeur, le gardien, mais aussi le modernisateur de cette culture singulière, pas tout à fait caribéenne, pas tout à fait américaine ; et nous voyons aujourd’hui son premier et très bel album éponyme (appelé aussi Exuma, the Obeah Man, ou Exuma I), sorti en 1970 chez Mercury Records ; un savoureux cocktail de folk music, teintée de sonorités africaines, de reggae, de calypso, de junkanoo (culture traditionnelle bahaméenne dont l’une des principales manifestations est le carnaval), et décors sonores empruntés aux Indiens Garifunas.

La voix cassée, presque brisée et le folk hippie plongeant plus que largement dans l’ésotérisme vaudou, et le mysticisme indien, de Exuma, a su également séduire les producteurs du cinéma américain, c’est ainsi que son titre « You Don’t Know What’s Going On » s’est retrouvé sur la bande originale de Joe (Joe, c’est aussi l’Amérique en France) ; film qui a révélé l’actrice Susan Sarandon, et qui a été nominé pour l’oscar du meilleur scénario.

Autre fait notable concernant Exuma, et son premier album, c’est que l’artiste étant également peintre, toutes ses pochettes et artwork sont signées de sa main.

 

Exuma – Exuma I :

 Tracklist:
1. Exuma, the Obeah Man
2. Dambala
3. Mama Loi, Papa Loi
4. Junkanoo
5. Seance In The Sixth Fret
6. You Don’t Know What’s Going On
7. The Vision

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Exuma, the Obeah Man » de l’artiste bahaméen Exuma, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

2 réflexions au sujet de “L’instant vinyle : 22. “Exuma I” de Exuma”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.