L’instant Vinyl : 68. L’hypnotisant Fuji Garbage de Sikiru Ayinde Barrister

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce soixante-huitième opus, nous quittons le Mali (cf. l’instant vinyle n° 67), pour nous rendre au Nigeria, et y découvrir le disque Fuji Garbage de Alhaji Sikiru Ayinde Barrister.

Dans le Nigeria islamique d’antan, il y avait, durant le mois de ramadan, une tradition qui consistait en ce que de pieux jeunes gens, les ajisãrì et les Ajiwere, aillent parcourir les rues en pleine nuit, passant d’une maison à une autre en tapant les murs et le sol avec des bâtons, et en criant ou scandant à pleine voix des chants mélismatiques, pour réveiller les villageois, et les appeler à la prière. Et quand ce rite islamique, et ses dérivés musicaux que sont l’Apala, le Sakara, ou le Waka,ce sont confronté à un autre genre de musique, celui du Yorubaland, avec ses percussions parlantes, et sa juju music enrobée de magie noire, le Fuji est né !

Et l’on ne peut parler de Fuji sans citer Alhaji Sikiru Ayinde Barrister ; il est l’un des pionniers du genre, à qui il a donné son nom de Fuji. L’histoire raconte que l’idée lui est venue après avoir vu une affiche dans un aéroport qui vendait un voyage au Japon pour voir le mont Fuji. Sikiru Ayinde Barrister est venu à la musique enfant, il était un de ces fameux ajiwere, puis, c’est après avoir voyagé dans le pays durant son engagement militaire, quand il a regagné la vie civile qu’il s’est pleinement consacré à son art.

On peut dire qu’entre la sortie de son premier LP en 66, jusqu’à sa mort en 2010, il fut un musicien prolifique, car si aujourd’hui nous ne nous intéressons qu’à un seul de ses disques, le très bon Fuji Garbage paru en 88 sur le label dédié au fuji Siky Oluyole Records, sa discographie compte pas moins de 70 références ! Il faut dire qu’en plus d’avoir créé le genre, Alhaji Sikiru Ayinde Barrister s’est employé toute sa vie à le moderniser et à le diversifier, en y intégrant de nouveaux instruments, souvent occidentaux, comme les cuivres, l’harmonica, ou le synthé — ce qui est d’ailleurs le cas sur ce Fuji Garbage — et en chantant dans de nombreuses langues pour toucher un public toujours plus large.

Pour résumer, Sikiru Ayinde Barrister et ce disque Fuji Garbage, c’est de la super musique nigériane, hypnotisante et transcendante, ponctuée de synthés et basses claquantes très 80’s… c’est peut être seulement le visuel sur lequel on pourrait un peu tiquer.

 

Alhaji Sikiru Ayinde Barrister – Fuji Garbage :

Tracklist :

A1 Fuji Garbage
A2 Lau Erebe
A3 Four Jolly Friends
B1 O Dowo Agbaba
B2 Psychology
B3 Won Oma Doyika Ni
B4 Awa Lolorun Fun
B5 Hawaiian System
B6 Otunba Wahab Oshinubi

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur “Fuji Garbage” de Alhaji Sikiru Ayinde Barrister, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

2 réflexions au sujet de “L’instant Vinyl : 68. L’hypnotisant Fuji Garbage de Sikiru Ayinde Barrister

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.