L’instant vinyl : 65. Sidi Ya Sidi de The Jets

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce soixante-cinquième opus, nous quittons le Congo (cf. l’instant vinyle n° 64), pour nous rendre en Égypte, et y découvrir le disque Sidi Ya Sidi de The Jets.

Sidi Ya Sidi de The Jets, que dire de ce disque, ou plutôt cette cassette, à part qu’elle ravira probablement les amateurs de raretés, les collectionneurs obscurantistes, et les fans de pop arabes des années 70, les amoureux de l’Égypte, les passionnées de kitsherie orientales, les friands d’arabeat rock… enfin de compte ces Jets, derrière leurs airs de grand oubliés de l’histoire de la musique arabe, ont de quoi avoir la cote !

Mais replaçons les choses dans leur contexte, on est au Caire, en 1975, quand Samir Habib réunit 5 autres musiciens autour de lui pour revisiter les chansons du patrimoine égyptien, les classiques de la pop libanaise, et les échos lointains de la musique occidentale, le tout en laissant libre cours à la fougue de leur jeunesse, et avec la ferme intention de se produire dans les hôtels du coin ; ils feront notamment le bonheur des touristes en quête d’orientalisme et du courant de liberté et de folie qui soufflait alors sur le monde arabe en se produisant sur la scène du Good Shot Club du Caire !

Leur succès allant grandissant sur la scène locale, où fraye alors une quantité de bandes tous distillant pop clinquante, rock tout droit sorti d’un garage, ou autres prémices de jeel, et ayant déjà commis quelques disques, ils commencèrent à se distinguer en créant leurs propres morceaux… et là arrive Sidi Ya Sidi !

Une cassette qui sort en 1982, et qui propose une pop rondement menée, avec la présence qui plus est de quelques célébrités dans les crédits du disque. Notamment sur la première chanson, qui donne son titre à l’œuvre, « Sidi Ya Sidi », c’est une chanson composée et distribuée par nul autre que Baligh Hamdi, grand chanteur et compositeur égyptien qui a notamment travaillé avec Oum Kalthoum et Abdel Halim Hafez. L’autre grand nom à figurer sur les crédits on le doit à une reprise d’une chanson traditionnelle Ya Ward A’ala Foul We Yasmin (يا ورد على فل و ياسمين) qui a été mise en musique par Sayed Darwich (le compositeur entre autres de l’hymne égyptien !).

Mais le succès ne sera que de courte durée, The Jets se séparera quelques albums plus tard, au milieu des années 80, certains de ses membres reprendront le chemin de l’animation pour touriste dans les hôtels, avant de sombrer à leur tour dans l’oubli.

 

The Jets – Sidi Ya Sidi :

Tracklist :
1. Sidi Ya Sidi
2. Dah Habibi
3. Fel’Bastah
4. ABouha Radee
5. Ya Ward A’ala Foul We Yasmin
6. Lamma Tekbare
7. Neseet El-Ishrah
8. Haram Haram
9. Khlasna El-Imtehanat
10. Ehna ya Fendi
11. Dah Habibi (Instrumental)
12. Ya Ward A’ala Foul We Yasmin (Instrumental)

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur Sidi Ya Sidi de The Jets, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

3 réflexions au sujet de “L’instant vinyl : 65. Sidi Ya Sidi de The Jets

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.