L’indémodable chef d’œuvre ivoirien, Bal Poussière

Hééééeee DEMI dieu” ou “belote, rebelote ou je passe” fameuses répliques du long métrage Bal Poussière, ce film ivoirien qui a dépassé les frontières ivoiriennes est un classique du film africain ! Ah ce film m’a fait vibré, sorti en 1988 et réalisé par Henri Duparc qui s’impose comme maître de la comédie dans les années 80. Il nous confronte à la nouvelle génération de femmes africaines émancipées et qui réfutent la polygamie. Ce film est le premier film africain à rencontrer un succès mondial. A noter également que la BO est signée par le grand musicien malien Boncana Maïga.

Bal Poussière raconte l’histoire d’Alcady, dit “Demi dieu” ainsi se surnomme t-il au village, car après Dieu c’est lui le patron, et il a déjà 5 femmes! Afin d’harmoniser son emploi du temps matrimonial, il décide de prendre une sixième épouse, pour dédier chaque jour de la semaine à une femme, le septième jour étant consacré au repos ou à la récompense de la meilleure d’entre elles.

Ce riche ivoirien, cultivateur d’ananas, d’une cinquantaine d’années, s’éprend de Binta venue d’Abidjan,  jeune étudiante rebelle renvoyée au village par sa tante qui estime que la ville lui est montée à la tête. Il lui déclare sa flamme et souhaite l’épouser au plus vite… Obsédé par sa jeunesse et sa beauté il lui dira “Je suis Demi-dieu et je vais t’épouser“, celle-ci ne se laissera pas faire et lui en fera voir des vertes et des pas mûres.

Je vous laisse savourer ce chef d’œuvre INDÉMODABLE, culte, et plein d’humour…. Répliques d’anthologies, néologisme savoureux (les pagneuses et les robeuses entre autre) et des sujets inhabituels tels que la sexualité, la nudité, l’alcoolisme et l’adultère. A voir et à revoir sans modération !!!

Bal Poussière décroche le prix de la meilleure réalisation au Festival du film de Fort-de-France en 1988, puis le grand prix et le prix de la critique au Festival du film d’humour de Chambrousse en 1989 (principal festival d’humour à l’époque). Ce long métrage lança la carrière de stars africaines: la grande Akissi Delta de Ma Famille, qui fait ses débuts à l’écran ainsi que l’actrice Hanny Tchelley (Binta) qu’on retrouve dans Hyènes de Djibril Diop Mambéty…

En 1993 Henri Duparc réalise l’unique Rue Princesse qui sera un grand succès, au point de donner son nom à la rue plus chaude d’Abidjan.

Un extrait :

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur le classique du cinéma ivoirien, Bal Poussière, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention “j’aime”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.