Laylet El Booree, la tempête Ifriqiyya Electrique se lève dans le Djérid

Là-bas, loin, au fin fond du désert tunisien, de drôles de nuages s’amassent dans le ciel du Djérid, et viennent troubler la vie tranquille des oasis et la lente maturation des dates (et, espérons, ralentirons voir même stopperons l’exploitation aveugle du phosphate, mais là est un autre problème). Mais dans les vents de cette tempête en formation, ce n’est pas du sable qui vient nous gifler le visage, mais du son… Le mugissement sourd et électrique d’un groupe, Ifriqiyya Electrique, qui marche dans un sillon bien mystérieux, celui où la musique et les esprits se mêlent, et où le rythme devient curatif, celui qui est né de la rencontre entre le soufisme arabe, et l’animisme des esclaves noirs, celui du stambeli et du banga.

Et l’analogie avec le déchainement de la nature n’est pas ici qu’une figure de style. Au cœur de la musique de Ifriqiyya Electrique, que ce soit dans leur premier album, Rûwâhîne, ou dans leur second album Laylet El Booree — oui le groupe vient d’annoncer la sortie prochaine, début avril, de leur second album, et c’est d’ailleurs là la raison de notre article ! — il y a ce tourbillon de son qui, telle une tempête de sable dans le Djérid tunisien, a la fâcheuse, ou plutôt la merveilleuse, tendance à envelopper son auditeur, jusqu’à lui en faire perdre ses repères.

Et dans cette perdition, l’on ne peut se rattacher qu’au martèlement lancinant des chkachaks (petites cymbales à main), aux incantations mystérieuses des voix, et au fracas de l’instrumental… et c’est là dans cette trinité sonore que les esprits des saints, ceux de la transe primitive, montrent le bout de leurs nez antiques !

Mais trêve de discours, découvrez un premier extrait de cet envoutant Laylet El Booree, avec le titre « He Eh Lalla » !!

Ifriqiyya Electrique – “He Eh Lalla” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Laylet El Booree » le dernier disque de Ifriqiyya Electrique, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.