Lamb, un film poétique sur le sentiment de perte et l’exil

Premier film éthiopien à rentrer dans une sélection officielle du Festival de Cannes, en l’occurrence la catégorie Un Certain Regard, Lamb du réalisateur éthiopien Yared Zeleke, fait parti de ce genre de film à la trame simple, et qui réussit à traduire une émotion universelle.

En suivant l’histoire de Ephraïm, un jeune garçon solitaire qui, après la mort de sa mère, emportée par la famine, se retrouve contraint d’aller vivre chez un de ses oncles, chez qui il n’arrivera pas à trouver ses marques, Yared Zeleke réussit à dépeindre avec brio le visage d’une Éthiopie, partagée entre modernité et tradition, mais aussi, et surtout, à aborder avec finesse et poésie le rapport à la perte et à l’exil ; un sentiment que lui même a connu, lorsque, enfant, il a été contraint de fuir la dictature.

Survivante de sa vie avant l’exil, et seule amie du jeune Ephraim, Chuni, une brebis avec laquelle il part faire de longues promenades contemplatives, dans les incroyables paysages verdoyants d’Éthiopie, mais dont l’avenir risque fort de la conduire dans une casserole. À moins que…

Vous pourrez profiter de ce joli film onirique, et admirer les prestations des acteurs : Rediat AmareKidist Siyum, ou encore Wolela Assefa, à partir du 30 septembre 2015.

 

Lamb – Bande Annonce :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Lamb » le premier long-métrage du réalisateur éthiopien Yared Zeleke, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire