Kyemah McEntyre, un conte de fées à l’américaine

L’histoire de Kyemah McEntyre c’est une vraie histoire à l’américaine, avec des sourires dents blanches, des pleurs, des « Oh my god », des tapis rouges, mais aussi des individualités qui s’affirment, et des looser-winner.

Effectivement, tout commence au début de l’été dernier, lorsque la jeune artiste, âgée de 18 ans, Kyemah McEntyre, s’apprêtait pour le traditionnel bal de promo ; un événement qui clôture les années de lycée, et qui bien souvent revêt le rôle d’initiation aux plaisirs de la vie d’adultes, mais bon, pas la peine de vous faire un dessin, l’industrie hollywoodienne nous a suffisamment abreuvé de comédies mièvres pour que nous soyons tous au courant des us et coutumes des jeunes Américains.

Mais revenons à Kyemah McEntyre, elle qui fut victime de moqueries pendant sa scolarité, à cause de ses origines, de sa peau noire, de sa beauté qui n’était pas au gout de tous, a décidé d’explorer, et d’assumer ses racines africaines en dessinant la robe de ses rêves (vous le sentez venir là le coté Cendrillon, le bal de promo, la robe…?). Faisant passer le rêve de papier à une réalité textile, grâce à laide d’une amie styliste, la jeune afro-américaine mit en ligne (sur instagram) des photos d’elle posant dans sa robe ; et là…

UNE PETITE PUBLICITÉ POUR LA PAGE FACEBOOK DE DJOLO.NET, N’HÉSITEZ PLUS ET VENEZ NOUS SUIVRE EN CLIQUANT ICI !!

Et là… le miracle d’internet fut ! Les photos firent rapidement le tour de la blogosphère, suscitant l’admiration des fashionistas, le soutien des sista, et des jeunes adolescent(es) en pleine crise existentielle, qui virent en elle une nouvelle icône de l’affirmation de soi ; il faut dire que les photos étaient accompagnées d’un très juste commentaire à ce sujet.

As an artist I have a completely different point of view compared to most individuals. I am extremely analytical and observant. Throughout the world, we have people who do not notice each others essence and humanity. We Stunt our collective spiritual growth by allowing assumptions and stereotypes to cloud our mind and thus our physical reality. We let these negative ideas get the best of us, and in turn a world of isolation is manifested by our lack of sensitivity and desire to sympathize with each other. This results in a world in which people live within the confines of their own space, isolated from each other and separated from the rest of the world. Sometimes we get trapped in our own prejudice ways. We don’t notice how the idea of a particular type of person changes the way we live our lives. The most creative people are the ones who step out of their comfort zone and take advantage of the world around them. My abilities as an artist allows me to experience the benefits that versatility fosters. Being exposed to all kinds of people and cultures is the muse for my artwork. I am an aspiring artist who is very passionate about the connection between art and the world. I believe that in order for society to gain a wider horizon, we have to be willing to acknowledge other people from differences, beliefs, morals, and values. #kyebreaktheinternet I love you guys, because of you all I continue to keep pushing no matter the circumstance. Let’s try this again ✊🏾💕💕

Une photo publiée par Kyemah McEntyre (@mindofkye_) le

Mais n’oublions pas que nous sommes aux États-Unis, et que là-bas (comme ailleurs quand on y pense), il n’y a pas de battage médiatique de cette ampleur sans paillettes et starlettes ! Et la première à apparaitre dans la barre de notifications du compte instagram de Kyemah, c’est la rappeuse et actrice Naturi Naughton (qui a notamment joué le rôle de Lil Kim dans Notorious, et plusieurs rôles à la TV, notamment dans Mad Men ou The Client List) ; celle-ci s’est empressée de passer sa propre commande de robe, puis de parcourir avec le tapis rouge l’emmenant à la cérémonie des BET Awards. S’en suivirent d’autres commandes, notamment de l’actrice Niecy Nash, ou de la chanteuse Indie Arie, mais ce qui vas suivre est tout simplement incroyable, vous n’allez pas en revenir !

EH OUI QUI DIT HISTOIRE A L’AMÉRICAINE DIT EFFET D’ANNONCE ET SURVENTE DU MOINDRE PETIT NON-ÉVÉNEMENT, EN TOUT CAS PROFITEZ DE CETTE PAUSE POUR ALLER CHECKER NOS DERNIERS ARTICLES SUR LA MODE !!

Vous n’allez donc pas en croire vos yeux, la dernière commande en date qu’à reçu la jeune créatrice, c’est celle de l’ancienne mannequin devenue grande prêtresse de la TV américaine (non pas Oprah !), Tyra Banks, qui l’a même invité sur le plateau de son nouveau talk-show, FAB Life, pour une rencontre émouvante… enfin aussi émouvante que le permettent les happenings convenus.

Mais pour dire un mot peut-être plus sérieux sur la robe et Kyemah McEntyre, il faut reconnaitre que la petite a un talent incontestable, sa robe reprend le motif des Dashiki, ces célèbres « chemises » yoruba, devenues dans les années 60-70 l’un des symboles de l’affirmation de l’identité afro-américaine ; mais son talent ne s’arrête pas aux frontières du textile, on peut aussi apercevoir sur son shop en ligne quelques intéressantes peintures.

Il y a aussi dans cette histoire quelque chose qui m’a un peu embêté : le fait qu’on l’ait raillé sur son physique. Les adolescents américains sont-ils assez (placez ici le mot que vous jugerez approprié) pour ne pas voir la beauté de cette charmante enfant ? Ou le trait du « vilain petit canard » a-t-il été un peu forcé par les narrateurs de cette histoire ?

Quoi qu’il en soit, Kyemah McEntire est maintenant inscrite dans l’une des plus prestigieuses écoles de design de New York (Parsons), et son avenir nous dira si toute cette histoire sera un conte de fées qui s’estompera avec la perte d’un soulier, ou une véritable success-story à l’américaine qui finira dans une montagne de dollars et de unes de magazine.

 

Kyemah McEntire dans FAB Life:

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « l’histoire de la robe Kyemah McEntyre, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention “j’aime”.

 

Laisser un commentaire