Kaneng Lolang, mystique afro-sibérienne

Quel est le lien entre la cacophonie des rues de Lagos, la culture bulgare, le vide sibérien, et le mysticisme burkinabé? Réponse, Prey Catch The Hunter, le nouvel album de l’artiste nigériane Kaneng Lolang, actuellement basé au pays de hommes intègres. Vous pourrez vous procurer cette nouvelle production sur le bandcamp, de l’artiste, aux multiples facettes, danse, chant, basse…

Musicalement… difficile de définir le travail de Kaneng Lolang, on retrouve effectivement de nettes influences russe, comme sur la piste Constant Messiah, dont le clip à pourtant été tourné dans la chaleur de Bobo-Dioulasso, au Burkina, et qui met en scène, entre autre, la danseuse malienne Aisha Traoré. Bercé par la répétition lancinante de la batterie et de la basse, la voix éthérée de Kaneng Lolang croise le violon de Jolie Holland.

 

 

Mais sur With Your Will, bien qu’on retrouve a peu près les même éléments que sur Constant Messiah, basse minimaliste, voix méditative, on peut y trouver un certain écho de la complainte blues des origines.

 

 

 

 Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur la mysterieuse chanteuse Kaneng Lolang, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention “j’aime”.

 

2 réflexions au sujet de “Kaneng Lolang, mystique afro-sibérienne

Laisser un commentaire