Iyeoka, l’or, la poésie et la musique

Dur de définir la musique de la chanteuse américaine/nigériane, Iyeoka. Bien sûr, au vu de ses origines l’on pourrait être tenté de la comparer à certaines de ses compatriotes qui, comme elle, ont inondé les ondes du monde entier avec leur soul racée, comme Nneka, ou Asa, mais si l’on écoute avec attention son dernier album, Gold (qui vient de sortir chez Underground Sun), l’on se rend compte rapidement de la richesse de son art, et l’on se rend surtout compte que, pour entretenir la comparaison, il faudrait parler de cette facette sombre et poétique qui rappelle le Britannique Benjamin Clementine, des aspects power-house qui pourrait faire penser à Laura Mvula, ou encore même de ce coté rock probablement inspiré par des groupes comme U2 ; Iyeoka a d’ailleurs fourbi ses armes sur les mélodies du groupe de Bono, en reprenant le titre « Desire » sur la compilation hommage In The Name Of Love : Africa Celebrates U2, en 2008.

Pour remettre tout ça dans le bon sens… oubliez ce premier paragraphe, ne cherchez pas à comparer la musique d’Iyeoka, et écoutez son dernier album d’un trait, en profitant pleinement de sa soul marquée, s’imprégnant tant de jazz que de pop, tressaillant entre le dynamisme de la house, et le feeling ensoleillé, puisé directement au cœur du Pacifique, plus précisément sur l’archipel d’Hawaï, où son groupe la Rock by Funk Tribe, a établi son QG.

De ce fameux Gold, on découvre deux titres bien différents. Le profond et entrainant « Who Would Follow », et son reggae qui ne cache pas son insularité hawaïenne — d’ailleurs son clip a été tourné là bas — et l’hypnotique « Black Coffee » qui jongle entre afrobeat et afrohouse, d’ailleurs l’on peut se poser la question de savoir si le célèbre producteur de house sud-africain, Black Coffee, n’aurait pas inspiré, de près ou de loin, ce titre !

 

Iyeoka – “Who Would Follow” :

 

Iyeoka – “Black Coffee” :

 

Si vous avez appréciez le contenu de cet article sur “Gold” le dernier album de Iyeoka, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

1 réflexion au sujet de “Iyeoka, l’or, la poésie et la musique

Laisser un commentaire