Islandman à la croisée de l’Anatolie et de l’exotisme psychédélique

Des guitares qui s’envolent, tournoient autour des abricotiers et des amandiers d’Anatolie avant de plonger dans un ciel tourbillonnant au rythme de claps et de tambours semblant résonner depuis les confins du Sahara, puis les voix, puis les grooves, les premières sont suaves, se glissent et susurrent, les seconds se répandent en un délicieux et irrésistible orientalisme, que ni les vagues de synthés, ni la pulsation d’un beat orienté dancefloor n’arrivent à perturber.

Ce grand écart sonore entre les deux rives du Bosphore, cette pérégrination musicale qui nous emmène aux anciennes limites de l’Empire ottoman, on la doit à un aventurier, et avant tout à un musicien, Tolga Böyük, qui avec son projet solo (qui d’ailleurs prend la forme d’un trio), Islandman prend plaisir à explorer des contrées qui jouxte avec psychédélisme sa patrie anatolienne. Et dans sa quête d’exotisme musicale il nous embarque, et nous fait découvrir sa propre conception de la musique, sa propre vibration du temps.

Retrouvez ci-dessous son dernier single, « Lamani », et n’hésitez pas à prêter une oreille attentive à son précédent et très bon EP Rest In Space ; aussi si vous êtes soucieux d’en connaitre un peu plus sur l’underground musical turc, nous vous invitons à consulter notre récent article à ce sujet, ici !

Islandman – “Lamani” :

Islandman – Rest In Space :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Lamani » le dernier titre du trio turc Islandman, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.