L’instant Vinyl : 81. “Lily-Germaine” de Jean Serge Essous

Bienvenue dans ce nouvel épisode de notre série « L’instant vinyle », cette rubrique dédiée aux pépites du passé, où nous dépoussiérons et partageons avec vous des disques de notre collection. Et pour ce quatre-vingt unième opus, nous quittons la Côte d’Ivoire (cf. l’instant vinyle n° 80), pour nous rendre au Congo-Brazza, et y découvrir la disque Lily-Germaine de Jean Serge Essous.

Avec ce quatre-vingt-unième opus de l’Instant Vinyl, dédié au disque Lily-Germaine de Jean Serge Essous, on plonge tout droit dans les arcanes de la rumba congolaise ! Et pour cause, Jean Serge Essous, alias Les 3 S, est un saxophoniste, clarinettiste, flutiste, et chanteur, indissociable de plusieurs des grands orchestres qui ont forgé le genre. Ainsi, pendant les années 50, abandonnant les prémices d’une carrière de footballeur, et une occupation alimentaire d’électricien, il a fait ses premières armes dans la musique au côté du Negro Jazz de Joseph Kaba. Un groupe qui lui a permis de s’aguerrir et de passer sur l’autre rive, celle de Kin la Belle (encore Léopoldville à l’époque), où il rencontrera le maestro Henri Bowane, qui le présentera à l’orchestre des studios Loningisa.

Fort de ces nouvelles connaissances, Essous quitte le Negro Jazz, et commence à écumer les scènes kinoises avec des musiciens comme José-Philippe Lando dit Rossignol, Pandi Saturnin, Édouard « Edo » Nganga, Daniel Lubelo dit De La Lune, Augustin « le Roitelet » Moniania, ou encore Bosuma Dessouin. La fine équipe signa un contrat avec un certain Oscar Kashama pour se produire dans son bar, l’O.K Bar… est-ce qu’on vous a dit que parmi ces musiciens figurait aussi un tout jeune guitariste et chanteur, François Luambo Makiadi, Franco pour les intimes ? C’est ainsi qu’est né l’un des orchestres les plus puissants, et les plus notables de toute l’histoire de la rumba, le Tout Puissant O.K Jazz !

Mais, sautant d’une aventure à une autre, dans le tourbillon de la fin des années 50 à Kinshasa, Essous s’envole avec Rossignol pour fonder un nouvel orchestre, le Rock A Mambo, mais les troubles politiques des indépendances encouragent les musiciens brazzavillois de Kinshasa à regagner leurs pénates de l’autre côté du fleuve. Mais pas question pour Jean Serge Essous de perdre ses 3 S, et de revenir à son métier d’électricien ! Il fonde un nouvel orchestre… sous un nom qui est désormais resté dans l’histoire de la musique africaine, Les Bantous de la Capitale !

À la fin des années 60, Essous s’exilera en France, d’abord à Paris, puis en Martinique, où il importera les rythmes congolais, en officiant avec le célèbre Ry-Co Jazz de Henri Bowane. Et si les années 70 et 80 furent marquées par son retour au Congo, où il travaillera comme conseiller artistique à la Société congolaise du disque, et réintégrera les Bantous de la Capitale.

Ce qui nous amène à notre disque du jour, Lily-Germaine, de Jean Serge Essous qui signe de son seul nom l’opus. Car si la date de sa parution, sur le label YAM Productions, n’est pas connu précisément, on peut au vu du line-up affiché (où l’on trouve des Congolais de Brazza comme de Kinshasa, mais aussi le batteur centrafricain Dominguo Salsero), du genre, où l’on peut entendre par endroit les influences caribéennes, et de la qualité de l’enregistrement, estimer qu’il est probablement sorti dans le courant des années 80. Et sur ce disque on peut dire que ça file à toute allure ! Les rythmes fusent dans tous les sens, les mélodies des quatre titres de ce disque rivalisent d’efficacité, les guitaristes, emmenés par Master Mwana Congo, claquent leurs cordes avec énergie, et le sax de Jean Serge Essous enveloppe le tout avec fougue et chaleur !

 

Jean Serge Essous – Lily-Germaine :

Tracklist :
1. Lily-Germaine
2. Regi Bily
3. Pelisa Muinda
4. Pauvre Vincent

Line-Up :

Auteur Compositeur : Jean Serge Essous
Chants : Jean Serge Essous et André Pamomiel
Guitare Solo : Master Mwana Congo
Guitares rythmiques et solo : Jerry Malekani et Gérard Kimbolo
Guitare Basse : Miguel Yamba
Batterie et Tumba : Domingo Salsero
Sax : Jean Serge Essous

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur “Lily-Germaine” de Jean Serge Essous, notre instant vinyle de la semaine, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.