L’étrange Erol Josué nous invite à un Pelerinaj sonore et vaudou

Curieux bonhomme que ce Erol Josué… chanteur, danseur, conteur, et chorégraphe, mais aussi prêtre vaudou et ethnologue, il a même été nommé directeur général du Bureau National d’Ethnologie en Haïti ! Alors quand on apprend qu’il s’apprête à sortir son premier album en treize ans, chez Geomuse, et qu’en plus celui-ci prendra la forme d’un grand Pelerinaj non seulement sur les terres du vaudou, en Haïti comme au Bénin, mais aussi dans la vie de ce personnage singulier… eh bien, on est d’une certaine manière presque obligé de s’y intéresser !

Et quelle aventure que ce Pelerinaj ! Dès les premières notes on est pris dans le remous lancinant d’une poésie créole qui se mêle et s’interpénètre autant avec la tradition musicale haïtienne, et quelle tradition, qu’avec les échos électroniques de productions plus modernes… et là encore, quelles productions ! Faut dire qu’Erol Josué a su s’entourer, on trouve au crédit de ce long album-fleuve du beau linge ! À commencer par l’homme derrière Gotan Project et tant d’autres projets passionnants, Philippe Cohen Solal, le saxophoniste guadeloupéen Jacques Schwarz-Bart, le producteur et bassiste français Ben Zwerin, le globe-trotter écossais Mark Mulholland ou encore le producteur américain Charles Czarnecki… ouf, grande respiration ! Quand on vous dit qu’il y a du beau monde !

Mais assez parlé de crédits ! Le disque est multiforme, tantôt il marche de travers, comme un crabe, qui suit des grooves qui arrivent en biais, tantôt il serpente, ondule et oscille, porté par cette magie ancienne qui serpente depuis les cotes béninoises et togolaises, jusqu’aux rivages de Haïti, parfois aussi il nous arrive en pleine face, avec des mots qui claquent en créole. Une poésie peut-être chaloupée dans la langue et l’expression, mais qui atteint son objectif sans détour, en se frayant à grands coups d’incantations, de lamentations, et de célébrations, un chemin au travers des vagues et leurs frises électroniques, au travers des tambours érigés en paysages subtils, au travers du crépitement saturé des feux et des guitares, au travers des faubourgs orchestraux, des bourgs jazzy, et au travers de cette insularité créole, multiple et pénétrantes, Haïti.

Première étape avant ce Pelerinaj sonore et créole prévu pour le 28 mai prochain chez Geomuse, « Erzulie », qui vient préparer nos corps et nos esprits, nos oreilles et nos yeux, avec un joli clip !

Erol Josué – “Erzulie” :

Commandez et précommandez Pelerinaj !

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Pelerinaj » le dernier album de l’artiste haïtien Erol Josué, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.