Élégante et intemporelle, l’édition 1/2016 du Studio 1981

Nana K. Brenu, la créatrice ghanéenne installée à Milan qui se cache derrière les sublimes créations du Studio 1981, réinvente la mode européenne du début du siècle dernier dans sa dernière collection, intitulée très sobrement édition 1/2016 (eh oui les amateurs de bling-bling, paillettes et autres Dolce & Gabanna n’ont plus qu’à passer leurs chemins, Studio 1981 fait dans l’élégance et la sobriété !).

Comme toujours dans son œuvre on retrouve cette dualité entre le Ghana et l’Italie, l’Afrique et l’Europe, les couleurs vives, et les motifs audacieux, contrastant avec le chic sobre et intemporel des maisons de couture européennes. C’est d’ailleurs probablement dans une temporalité éloignée que la créatrice a puisé l’inspiration de cette première collection de l’année 2016. Une époque, aux sorties de la guerre, où les femmes balançaient entre une émancipation frémissante, et une certaine retenue bourgeoise, où elles commençaient à oser le pantalon, sans abandonner les robes longues, où les mains étaient encore fréquemment gantées…

Autant d’éléments que l’on retrouve dans cette édition 1/2016 du Studio 1981 ; les robes y sont longues, dotées d’architecture fluide et raffinée, les mains se voient recouvertes de gants, longs et soyeux pour le soir, ou sportifs et en cuir pour la conduite automobile, tandis que les tissus, eux, tombent à merveille, épousant discrètement les formes des mannequins.

Mais ce classicisme presque académique du siècle dernier, n’empêche pour autant pas quelques fraicheurs anachroniques : une jambe mise à nue par une tunique à la coupe osée, un motif africain essayant de se faire discret sur un chemisier, ou encore une mini-jupe étranglant élégamment une paire de hanches à peine dissimulée par un collant.

 

Studio 1981 – édition 1/2016 :

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur l’édition 1/2016 du Studio 1981, n’hésitez pas à visiter notre page Facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire