Edo Funk Explosion Vol​.​1, quand Analog Africa fait péter la période Edo

Le label Analog Africa nous embarque pour une nouvelle aventure dans le passé avec une compilation, Edo Funk Explosion Vol​.​1, qui fait des étincelles et nous emmène à la découverte du shogunat musical qui a régné sur Benin City, au Nigeria, dans les années 70 et 80 ! Guidé par trois samurais du funk nigérian, des guerriers aux flûtes et aux cuivres dangereusement aiguisés, citons, Akaba Man, Joseph Osayomore, et Sir Victor Uwaifo, on plonge en plein dans l’époque Edo…

Bon… vous l’avez compris, cette époque Edo malgré nos insistantes et lourdes allusions n’ont rien à voir avec celle qui a dominé le Japon pendant 2 siècles et demi, jusqu’en 1868… non, mais alors vraiment rien à voir ! Ici, le label emmené par le digger tunisien Samy Ben Redjeb, nous emmène sur les terres de l’ancien royaume du Bénin, dans l’actuel État d’Edo au Nigeria, à la découverte, ou plutôt à la redécouverte du son Edo Funk qui a essaimé la région dans les années 70 et 80. Un son brut, entêtant, et même un brin psychédélique, qui est né à une époque bouillonnante, où le Nigeria était secoué par des courants musicaux et sociaux inédits, et l’entrée en jeu dans la musique traditionnelle de tout un tas d’instruments nouveaux. Ainsi, à la confluence l’afrobeat naissant, du highlife rayonnant, et du funk importé de l’étranger, est né cette curieuse mouture locale, l’Edo Funk !

Cadence répétitive, orchestration minimaliste, funk dépouillé, culture traditionnelle Edo et groove au maximum, l’Edo Funk a fait les belles heures de Bénin City depuis la fin des années 70 jusqu’au… bon techniquement jusqu’aux années 80, mais on a envie de dire jusqu’ààààààààààà…. (pour paraphraser les ivoiriens, comprendre jusqu’à nos jours et au-delà), quand on voit la qualité du disque qui nous intéresse aujourd’hui !

Les trois stars de ce disque, Edo Funk Explosion Vol.1 sont les pionniers du genre, à commencer par l’incontournable Sir Victor Uwaifo, architecte du mouvement, et véritable locomotive créative qui a drainé dans sur son label le Joromi Studio toute une génération d’artiste. Osayomore Joseph, lui c’est le charbon ardent du disque, artiste engagé qui ne mâche ni ses mots ni sa musique quand il s’agit de confronter le gouvernement nigérian d’alors, ou d’introduire dans le monde cuivré de l’Edo Funk, sa plus modeste, mais pas moins habile, flûte ! Enfin le dernier artiste à être honoré dans cette explosion funky c’est Akaba Man, maître du cosmos et des synthés au royaume d’Edo !

Le disque est puissant et efficace, délivré qui plus est, et comme toujours avec les productions d’Analog Africa, avec un livret richement documenté… mais la meilleure nouvelle ici, c’est que la mention Vol. 1 laisse présager la venue prochaine d’un Vol. 2 que l’on attend déjà avec impatience… ah, oui, on va déjà attendre la sortie du Vol. 1 attendu le 26 mars prochain !

Analog Africa – Edo Funk Explosion, Vol. 1:

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Edo Funk Explosion, Vol. 1 » la dernière compilation d’Analog Africa, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.