Sur Datu, Free the Robots déploie une transe percussive pré-coloniale

Est-ce pour retrouver ses propres racines, est-ce pour lutter contre l’amnésie des peuples colonisés sur leurs passés, est-ce pour sauvegarder un pan de la culture philippine, est-ce tout simplement pour se donner l’occasion de sortir un album vraiment top… ou est-ce un peu tout ça qu’a voulu incarner avec son dernier album le musicien et producteur américain Chris Alfaro, officiant ici avec son projet Free The Robots.

En tout cas la réponse se trouve dans l’album, Datu ! Un disque palpitant, vraiment, qui voit se croiser de grands ensembles de percussions indigènes et un orchestre de gongs philippins qui peut par moment rappeler les gamelans des voisins balinais et sundanais. Un disque dressé comme un grand tourbillon percussif qui fait la course avec une machinerie électronique, et où les ombres du jazz et du hip-hop s’agitent sous le regard de samples qui convoquent un autre siècle.

Free The Robots se tient ici en grand Datu, en grand chef, menant une cérémonie musicale riche et puissante qui le reconnecte avec ses racines, et nous embarque dans le voyage par la même occasion… Et en plus, il y a de la flûte de nez et de la guimbarde… non du kubing !

Free The Robots – Datu :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Datu » le dernier album du musicien et producteur Free The Robots, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.