Crossroad Of Love, quand le Japon investit la pop moyen-orientale

On connaissait le label britannique Batov Records pour son gout pour les rives méditerranéennes et son esprit aventureux, qui ne se refuse aucune incartade musicale, plongeant aussi bien dans l’essorage d’une fanfare balkanique que dans celui d’une soirée drum’n’bass, explorant autant les rythmes disco grecque que ceux d’un blues électronique. Mais, et peut-être avant toute chose, le label s’emploie à mettre en avant des projets qui relient et réconcilient, les hommes, les cultures, les peuples, les rythmes… Et, à bien y penser, où peut-on trouver tout un tas de cultures à relier ? Au Moyen-Orient, et encore plus particulièrement en Israël : des juifs en veux tu en voilas, ceux qui viennent d’Europe de l’Est, de Russie, d’Europe occidentale, ceux qui viennent du Maghreb et d’Arabie, ou encore ceux de New York, sans oublier les falashas d’Éthiopie, mais aussi des Arabes, palestiniens ou israéliens, des Arméniens, des Druzes, des chrétiens… un sacré cocktail, malheureusement aussi détonant en musique qu’en politique ; mais là n’est pas le sujet. Dans ce bain multiculturel ou Batov Records à l’habitude de nager — on vous invite d’ailleurs à aller écouter l’excellent dernier album de SHIRAN — est né le dernier sujet d’agitation du label, Crossroad of Love un projet très singulier emmené par le groupe israélien Sababa 5, et la chanteuse et danseuse Yurika.

Qu’est ce que c’est ? Et, avant tout, qui sont Sababa 5 et Yurika ? Les premiers, Sababa 5 c’est un groupe israélien qui s’il était jusqu’à présent relativement méconnu du grand public — chose qui devrait rapidement changer, car au-delà ce Crossroad of Love, il travaille également sur un EP instrumental qui devrait voir le jour prochainement — il n’en a pas moins accompagné quelques un des projets notables qui ont traversé l’underground israélien de ces dernières années. Ils ont notamment travaillé avec le Kutiman Orchestra, et les artistes d’origines éthiopiennes Gili Yalo, et Ester Rada… vous devriez maintenant être rassuré sur leur curriculum vitae. Quant à Yurika… c’est une chanteuse et une danseuse du ventre de talent, et elle n’est pas israélienne, ni arabe, ne même moyen-orientale… comment le dire ? Elle est japonaise !

Donc pour revenir sur Crossroad of Love, c’est un projet qui allie le gout de Sababa 5 pour la musique moyen-orientale des années 60 et 70 et le fuzz crépitant de la pop libanaise de cette époque, avec une touche de psychédélisme turc, et de pop thaïe, sur lequel vient s’ajouter le chant, en japonais de Yurika ! Un délicieux OVNI israélo-psychédelico-judéo-arabo-japonisant !

Sababa 5 et Yurika – Crossroad of Love :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Crossroad of Love » le dernier EP de Sababa 5 et Yurika, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.