Citation du jour : Wangari Muta Maathai, biologiste et Nobel de la paix kenyane

Les arbres ont tenu une place essentielle dans ma vie et m’ont appris bien des leçons. Chaque arbre est le symbole vivant de la paix et de l’espoir. Avec ses racines profondément ancrées dans la terre et ses branches qui s’élancent vers le ciel, il nous dit que pour aspirer à aller toujours plus haut, nous aussi nous devons être bien enracinés au sol car, aussi haut que nous nous élancions, c’est toujours de nos racines que nous puisons notre force.

Celle qui plante les arbres – Wangari Muta Maathai

1 réflexion au sujet de « Citation du jour : Wangari Muta Maathai, biologiste et Nobel de la paix kenyane »

  1. Beau et grand personnage.
    Elle devient en 1964, la première femme d’Afrique de l’Est à obtenir une licence en biologie au Mount Saint Scholastica College à Atchison, dans le Kansas. Puis elle poursuit ses études à Pittsburgh en Pennsylvanie jusqu’en 1966, année où elle retourne chez elle pour une brève période, avant de s’envoler pour l’Allemagne, où elle a obtenu un emploi à l’université de Munich. Elle rejoint ensuite l’Université de Nairobipour travailler en médecine vétérinaire comme assistante de recherche auprès du Professeur Reinhold Hofmann et y obtient, en 1971, son Ph.D. (doctorat). Elle enseigne, dès lors, l’anatomie vétérinaire et devient par la suite doyenne de la faculté. En 2002, elle est professeur invité au Global Institute of Sustainable Forestryde l’Université Yale.

    Elle a été une dirigeante remarquable, fondatrice en 1977 du mouvement de la ceinture verte « the Green Belt Movement » au Kenya, mouvement environnementaliste, qui a permis de planter plus de 40 millions d’arbre à travers l’Afrique, et vise à promouvoir la biodiversité tout en créant des emplois pour les femmes et en valorisant leur image dans la société. Elle a autonomisé des milliers de femmes et a encouragé avec passion une nouvelle façon de penser et d’agir combinant la démocratie et le développement durable. Ces dernières années, la militante s’était investie dans la sauvegarde de la forêt du Bassin du Congo en Afrique centrale, deuxième massif forestier tropical au monde.

    Barack Obama, alors sénateur américain, accompagne Wangari Maathai pour la plantation d’un arbre au parc Uhuru de Nairobi, le 28 août 2006.

    Elle meurt à l’âge de 71 ans le 25 septembre 2011 à l’hôpital de Nairobi, des suites d’un cancer. Sa dépouille fut mise dans un cercueil confectionné en bambou et en fibres de jacinthe, pour respecter la demande qu’elle avait faite à sa famille de ne pas couper un arbre pour fabriquer son cercueil. Le jour de la cérémonie, un arbre fut planté par ses enfants et petits enfants en présence de centaines de personnes, au Uhuru Park (Parc de la Liberté en Swahili) à Nairobi, que Wangari Maathai avait sauvé de la destruction en mettant en échec un projet de gratte-ciel que le régime autoritaire de l’ancien président Daniel Arap Moi voulait construire à cet endroit.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.