Citation du jour : Mia Couto, écrivain mozambicain

Aujourd’hui celui qui passe par le bar de Matakuane peut le certifier : pleurer c’est ouvrir son cœur. Les pleurs sont la concrétisation de deux voyages : de la larme vers la lumière et de l’homme vers une plus grande humanité. Finalement, ne vient-on pas à la lumière en pleurs ? Les pleurs ne sont-ils pas notre première voix ?
Et c’est ce que Kapa-Kapa prêche, par d’autres mots : la solution du monde est que notre être nous déborde. Et la larme nous rappelle : nous, plus que tout, ne sommes-nous pas faits d’eau ?

“Les mâles larmoyants”

1 réflexion au sujet de « Citation du jour : Mia Couto, écrivain mozambicain »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.