Ce qu’on a aimé… en Éthiopie

« Ce qu’on a aimé… », notre rendez-vous hebdomadaire où nous passons en revue quelques actualités qui ont retenu notre attention dans un pays d’Afrique donné, et aujourd’hui nous allons en Éthiopie ! Au programme de ce voyage sonore est-africain, de la pop pour vous faire remuer des épaules, une touche d’ethiopisme électronique, une session live d’ethiojazz, et de la folk élégant !!


Zufan Tadesse “Awdamet Yastarken”

On vous en a promis en introduction, voici de la pop pour vous faire remuer les épaules signées par la chanteuse éthiopienne installée à Houston (USA), Zufan Tadesse. Une chanson dans laquelle elle se remémore tout les instants passés avec son amoureux, et espère qu’il reviendra la voir pendant les vacances.

Munit Mesfin ፪ (2)


Dans son second album, d’ailleurs simplement intitulé , qui signifie 2 en amharique, la chanteuse éthiopienne Munit Mesfin réinterprète un certain nombre de classiques de la musique éthiopienne, mais dans une orchestration folk, simplement accompagné par la guitare de Jorg Pfeil, et ponctuellement de quelques percussions.

Ethiopian Records « Running Shoes »

À la pointe de l’avant-garde électronique d’Addis Abeba, le producteur éthiopien Endeguena Mulu, parfois plus connu sous le nom de Ethiopian Records, noie les instruments traditionnels dans un bouillon de machinerie et d’ambient expérimental, déstructure les gammes et mélodies dans une fusion presque psychédélique.

AvevA “Abebayehosh”

AvevA, voila un nom dont on risque fort de réentendre parler, issus de la nouvelle génération de juifs éthiopiens qui ont migré en Israël, la jeune chanteuse a un regard musical qui dépasse les frontières de la seule Israël, ou de l’Éthiopie, s’inspirant autant de Lauryn Hill, que de Fatoumata Diawara, de Bob Marley que de Teddy Afro ; dont elle délivre ici une reprise live, lors d’un festival à Tel-Aviv.

Krar Collective Boiler Room London Live Performance

On reste dans du live, avec le Krar Collective, un trio londonien qui, s’il a commencé en se produisant lors de mariages dans la communauté éthiopienne de Londres, a su, à grand coup d’ethio jazz endiablés et rock’n’roll, se faire une place sur la scène britannique.


Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur ce qu’on a aimé en Ethiopie, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

1 réflexion au sujet de “Ce qu’on a aimé… en Éthiopie”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.