Ce qu’on a aimé… en Afrique du Sud

« Ce qu’on a aimé… », un nouveau rendez-vous hebdomadaire où nous passerons en revue quelques actualités qui ont retenu notre attention dans un pays d’Afrique donné, et aujourd’hui nous nous intéressons à l’Afrique du Sud. Au programme, du hip-hop, et de l’electro, mais également une pointe de politique, car la colère estudiantine, et leurs manifestations contre la hausse des frais d’inscription à l’université souhaitée par le gouvernement, qui ont marqué le pays arc-en-ciel ces 10 derniers jours à eu raison de ladite hausse, mais c’est également invitée dans le registre musical, relayé par certains artistes.

Aewon Wolf ft Mashayabhuqe KaMamba “Sukumani 2.0”

Fees must fall ! Premier coup de coeur de cette série c’est pour le rappeur de Durban Aewon Wolf qui, secondé merveilleusement par Mashayabhuqe KaMamba, illustre ce mouvement étudiant avec un son qui ne sacrifie pas la qualité à l’urgence “Sukumani 2.0”.

Sheen Skaiz “Towers (dirty)”

Autre rappeur de Durban, Sheen Skaiz qui, lui, si’il ne rend pas hommage aux étudiants sud-africains dans son dernier titre “Towers”, aborde un thème cher au monde du hip-hop, l’argent et le pouvoir !

Populous “Night Safari (John Wizard’s Remix)”

Alors que les dessins colorés et presque naïf de Jonathan Calug prennent vie dans la vidéo dirigée par Simone Brillarelli, le collectif électronique sud-africain John Wizard délivre sa version, entre synthpop et shangaan électro, de “Night Safari”, le hit du DJ italien Populous.

The Kiffness “Voetseck ft. Blade Nzimande”

Dans un bouillon survitaminé de swing et d’électronique les Kiffness se moquent du ministre de l’éducation supérieure sud africain, Blade Nzimande !!

Dosline ft. RubyGold “Love Junkie”

Pour adoucir encore un peu plus la rondeur de ses basses déjà bien rondes, le producteur Takalani Mkansi, connu sous le nom de Dosline, fait appel à la voix de velours de RubyGold.

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur ce qu’on a aimé en Afrique du Sud, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.