Bunker, l’oppressant et incroyable nouveau clip de Nazar

Paysages urbains et animés déchiquetés, amas de gravats et de son, les fers à béton éventrent les basses, et les synthés s’envolent dans la fumée des explosions, du feu dans les yeux, du grésil dans les oreilles… la guerre happe les villes et les vies, elle s’infiltre partout, elle endommage, disloque, et détruit. Et la guerre, peu importe laquelle, peu importe qui elle tue, et qui elle abandonne à la vie d’après, cette guerre, elle est au centre de l’œuvre du jeune producteur angolais Nazar, dont nous vous parlions à l’occasion de son premier album, Guerilla, paru l’an dernier chez Hyperdub Records, et dont est d’ailleurs issu ce « Bunker » que nous visitons aujourd’hui.

Venons-en au fait d’ailleurs… « Bunker », au travers le cliquetis des armes, le vrombissement des hélicoptères et des machines, et le fracas, de la guerre, au travers de la fumée et du son omniprésent et perturbant, on distingue les voix de Nazar et Shannen SP… des voix hallucinées qui se perdent dans la guerre. Le visuel vaporeux qui se construit devant nos yeux, avec ses enchevêtrements de ruines, où l’animation, le dessin, se mêle à la réalité, donne à tout ça un coté bien irréel… est ce que la guerre peut-être réelle… Et puis on écoute ces voix, et alors se dessine un récit, terriblement plus réelle celui-là, inspirée par les grandes sœurs de Nazar, qui ont été prises au piège quand la guerre civile angolaise a repris après les élections de 1992… piégées dans un hôtel qui est devenu leur « Bunker », tandis que cette guerre angolaise, dont on dit qu’elle aurait emporté quelques 500 000 vies avec elle, cette guerre, elle, reste piégé dans la tête de Nazar, et dans sa musique.

Le clip, réalisé par Rob Heppell, est oppressant, terrible même… c’est « Bunker » de Nazar et Shannen SP.

Nazar ft. Shannen SP – “Bunker” :

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur « Bunker » le dernier clip de l’artiste angolais Nazar, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.