Belakane, les afrorockeurs français

Si vous vous êtes un peu intéressé à l’histoire de la chanson française, vous vous serez probablement rendu compte que souvent les artistes puisent leurs inspirations dans leurs régions d’origine ; que serait Gilles Servat ou Nolwenn Leroy sans la Bretagne, que serait Chritophe Maé ou Mireille Mathieu sans le Vaucluse (et accessoirement la Russie dans le cas de Mireille), que serait Francis Cabrel ou Georges Brassens sans le Sud-Ouest… et on peut continuer longtemps comme ça !

Mais le groupe Belakane, lui, sort un peu cette catégorie, car si le quintet de musiciens est né sur les rives de la Loire, et qu’il s’inscrit dans une droite lignée de chanteurs et de groupes français engagés, il réinvente aussi les rythmes du rock hexagonal en y insufflant une bonne dose de pulsation typiquement africaine ; allant même jusqu’à incorporer à leurs morceaux des parties rapides, incitant à la danse, ou tout du moins à la transe, un peu à l’instar des parties dites sebené du ndombolo.

Entre-deux tournées sur les routes de France et d’Afrique, Belakane prend le temps de se poser un instant en studio, le temps d’enregistrer un sympathique petit EP de trois 3 titres, dont est tiré le titre « J’irais au Congo », qui est déjà illustré par un habile montage d’image d’archive et vidéo du groupe.

 

Belakane – ” J’irais au Congo”:

 

Si vous avez apprécié le contenu de cet article sur le groupe français Belakane, n’hésitez pas à visiter notre page facebook et a y réagir, et pourquoi pas même nous encourager d’une petite mention « j’aime ».

 

1 réflexion au sujet de « Belakane, les afrorockeurs français »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.